De l'entreprise au monde du football - Tribune libre -

 

De l'entreprise au monde du football


Peut-on se permettre le luxe, ou l'audace, de publier un article qui souligne un exploit sportif dû en partie à l'application, dans une association sportive, d'une approche économique ?

 

 

Sur l'exploit du CSS en coupe d'Afrique, tout ou presque a été dit. Sauf une chose que les proches du Club soupçonnaient confusément : la préparation mentale des joueurs grâce à l'application, pour la première fois dans le monde sportif en Tunisie et ailleurs, d'une approche ayant habituellement cours dans les entreprises et dénommée : le processus de communication ou "la process com".

 

La process com est un outil de communication et de management. Il a vu le jour aux Etats-Unis, plus précisément à la Nasa dans les années 60. Conçu par un directeur en psychologie, Taibi Kaheler, ce dernier a eu le prix Eric Berne décerné par 22000 scientifiques. L'outil consiste à connaître les 4 étapes nécessaires à une meilleure communication : se connaître, se gérer, identifier l'autre et enfin la gestion de la relation.

 

Appliqué à la NASA, il a eu pour effet de développer des réponses aux différents managers aux niveaux du recrutement et de la cohésion d'équipe. Depuis, cet outil a connu un développement fulgurant dans les entreprises aussi bien aux Etats-Unis qu'en Europe. Avec des résultats probants.

 

Introduit en Tunisie en 2005 dans les entreprises, avec autant de bonheur, cet outil a connu chez nous une application originale dans le monde sportif avec le CSS ce qui constitue une première pour la Process Com avec aussi le résultat qu'on vient d'enregistrer pour le CSS. Combiné avec le courage dont les joueurs et les encadreurs ont fait preuve pour remonter de la 8ème place à la victoire en un mois, cet outil trouve dans notre pays une application heureuse et prometteuse, insoupçonnée par ses initiateurs.

 

 

Des références industrielles

Rappelons que cette méthode a fait ses preuves dans de multiples entreprises américaines, européennes et maintenant tunisiennes dont Tunisie câbles dont justement le promoteur n'est autre que M. Moncef Sellami le président du CSS.

C'est donc sous l'impulsion du M. Sellami qui a déjà fait bénéficier sa propre entreprise de ce modèle, animé par l'expert Séhil Triki certifié en Process communication, que la Process communication s'est intégrée dans le domaine sportif.

 

 

Qu'en pensent M. Moncef Khmakhem, vice-président du CSS et l'entraîner Ghazi  Ghraïri ?

M. Moncef Khmakhem, VP du CSS : une méthode pour atteindre un maximum d'efficacité.

Pour M. Khemakhem, le plus important, c'est que l'on arrive actuellement à gérer le potentiel humain de l'équipe avec une méthode scientifique.

Ceci constitue un aspect qui manquait vu que nous n'avions pas de spécialistes dans ce domaine.

 

De ce fait, avec l'intégration en Tunisie de "la process com" grâce à M. Triki, il s'agit maintenant, pour le vice-président du CSS d'une opportunité pour le football tunisien susceptible d'aider les joueurs à fournir le maximum de leur potentiel dans les matches pour atteindre la victoire.

Pour le Club Sfaxien, ajoute M. Khemakhem, depuis la mise en place de cette méthode une amélioration dans le comportement des joueurs est constatée et surtout dans le sens de la cohésion de l'équipe qui a permis aux différents joueurs de mieux se  connaître mutuellement, de mieux communiquer entre eux et avec les dirigeants administratifs et techniques pour atteindre un maximum d'efficacité et de rendement . De fait, conclut-il, il faut l'introduire auprès d'autres populationssportives.

Ghazi Ghraïri l'entraîneur du CSS: les joueurs répondent mieux aux recommandations  et aux sollicitations.

L'entraîneur croit lui que la process com a apporté quelque chose d'extraordinaire pour l'équipe qu'est l'aspect scientifique dans la pratique positive de la communication entre les joueurs d'une part, et entre eux et le staff technique et les dirigeants d'autre part.

De ce fait, les joueurs se sont découvert une plus grande capacité pour mieux communiquer entre eux.

Le staff technique, lui, en sachant comment communiquer avec les joueurs a gagné un temps énorme pour les motiver.

Grâce à cette motivation, les joueurs ont fait preuve de plus de concentration lors des séances d'entraînement ainsi qu'au cours des compétitions. Ils répondent maintenant mieux aux recommandations et sollicitations du coach.

Et M. Ghraïri d'ajouter: cet aspect psychologique de développement du mental est un maillon jadis absent dans la chaîne des compétences du football tunisien.  Tout le  monde se concentre, en effet, sur l'entraînement physique et la prise en charge des compétences techniques sans se soucier de la préparation mentale . Et de conclure qu'il est grand temps que le football lui donne la place qu'elle mérite surtout dans un monde en pleinecontradiction.

 

 

Comment dans la pratique cette approche s'est elle concrétisée?

Concrètement lors des briefings de pré matchs, le staff technique utilise les mots spécifiques qui motivent chacun des joueurs selon sa personnalité, déterminée et  cernée selon la Process com. Les joueurs ont ainsi mieux assimilé les stratégies  tactiques ettechniques.

Les encadreurs ont, de ce fait, compris l'influence de l'impact du mental sur le rendement physique des joueurs.

Deux mois avant le recours à cette méthode, tous les joueurs étaient démotivés. Ils ressentaient un malaise qu'ils ne savaient pas exprimer avec les conséquences que  nous connaissons sur les résultats. Le travail de sensibilisation spécifique à chacun effectué par l'expert de la Proces com., Sehi Triki promoteur du cabinet Alfa com, auprès des dirigeants du staff technique et des joueurs a contribué à cette meilleure communication.

Les joueurs ont compris l'intérêt des objectifs tracés. La Process Communication a aidé  le staff technique et les dirigeants à gérer un facteur remarquable au niveau du football face aux enjeux: le stress intense. Ce stress a en principe une influence  négative sur  les joueurs. Grâce à cette méthode, les joueurs ont su le gérer sur le terrain, ils en créent une meilleure ambiance entre eux et une cohésion plus soudée du groupe. Et  c'est cette ambiance qui a permis au CSS de réaliser un pas énorme vers son objectif de réussite.

L'expert, M. Triki souligne le rôle important des dirigeants et du staff technique dans l'acceptation et l'intégration de cette technique et la grande disponibilité des joueurs qui ont trouvé un répondant à leurs questions sur le développement mental du sportif. Cette expérience, argument M. Triki, est comme un défi de réussite dans le domaine sportif  car il est vrai que cette méthode a démontré, aussi bien dans le milieu des entreprises surtout son impact positif sur la communication et la motivation. La tâche du préparateur mental dans le milieu sportif n'est pas aisée. Mais grâce au concours de toutes les compétences, un grand pas vers l'objectif de la cohésion d'équipe peut être réalisé.

De ce fait, le sport n'est pas uniquement le résultat d'une technique physique. Le mental est aussi un élément qui doit être pris en considération. Il est même la clef de la  réussite dans le football et dans toutes les disciplines sportives.

 

 

Salem B. SALEM

 

 

Télécharger l'article